Clapet anti pollution

Sommaire

Le réseau public de distribution en eau potable est fréquemment soumis à des coupures ou des variations de pression. Les installations privées de toutes natures peuvent, de leur côté, subir des surpressions volontaires ou accidentelles.

Ces situations, susceptibles d’inverser le sens de circulation de l’eau constituent une source potentielle de contamination du réseau public.

C’est pourquoi, les divers règlements sanitaires, relatifs à la qualité de l’eau de consommation humaine, obligent conjointement, propriétaires et installateurs, à prendre les mesures nécessaires pour éviter les retours d’eau.

Le clapet antipollution détaillé ici est le dispositif plus couramment utilisé.

Clapet anti-pollution : principe

Le clapet antipollution est un appareil mécanique interposé entre un réseau d’eau chaude ou froide sous pression et la source qui l’alimente. Il n’autorise la circulation hydraulique que dans un sens.

Il est classé en fonction de la catégorie du fluide autorisé à le traverser :

  • Type contrôlable EA, Eau potable ou fluides sans danger pour la santé.
  • Type EA non contrôlable incorporable, autorisé seulement pour des usages spécifiques et intégrés à des équipements d’eau domestique, comme les compteurs d’eau.

Bon à savoir : contrairement au simple clapet anti-retour, il doit obligatoirement avoir reçu un agrément "antipollution" des autorités sanitaires (conformité à la norme NF EN 1717, NF EN 13959, attestation de conformité sanitaire ACS).

Où placer le clapet antipollution ?

Le clapet antipollution doit être placé au plus près de la source éventuelle de pollution.

Il y a plusieurs cas de figure :

  • Celui d’une installation privative (maison d’habitation, immeuble, atelier…) est situé immédiatement après le comptage d’eau.
  • Pour une boucle sous pression à l’intérieur de l’installation privative (piscine, arrosage intégré, etc.), il sera posé sur la dérivation de l’application.

Bon à savoir : attention à ne pas confondre clapet antipollution et disconnecteur. Ce dernier est un clapet antipollution comportant un dispositif automatique de mise à l’air libre ou de rejet à l’égout des effluents contaminés. Portant les références type BA ou CA, il est utilisé pour isoler les circuits fermés sous pression présentant un danger pour la santé (chauffage à eau chaude, climatisation, installations industrielles, etc.).

Caractéristiques techniques du clapet anti-pollution

La totalité des clapets antipollution domestiques ont un corps en laiton. Ceux destinés aux installations collectives ou à l’industrie peuvent être en fonte.

La pression d’utilisation, généralement limitée à 10 bars, peut être portée à 18 bars pour certains appareils.

Ils comportent deux ou quatre bossages (orifices), destinés à recevoir les bouchons de purge et manomètres de contrôle.

De forme droite, coudée ou compacte, ils sont commercialisés :

  • munis ou non de vanne de coupure ;
  • à simple ou double clapet laiton ou synthétiques, à ressort inox ;
  • en diamètres de 15/21 mm à 50/60 mm (ou plus pour les installations à débit important) ;
  • à filetages d’entrée mâle, femelle ou écrou imperdable (pour branchement direct au compteur) ;
  • à filetage de sortie mâle ou femelle.

Bon à savoir : le clapet antipollution ne fonctionnant par définition que dans un sens, comporte une flèche, gravée ou en surimpression, indiquant, à l’installateur le sens d’écoulement à respecter impérativement.

 

Coût d'un clapet anti-pollution

Prix moyen d’un clapet antipollution corps laiton, type EA à écrou prisonnier 20/27, pour raccordement direct au compteur domestique, est d'environ 12 € TTC.

Bon à savoir : la fourniture de l’appareil ne comprend généralement pas les joints d’étanchéité. Préférer des joints élastomères, compatibles avec les liquides alimentaires.

Pour aller plus loin :

Ces pros peuvent vous aider