Raccord pneumatique

Sommaire

Il ne suffit pas d'avoir l'outillage pneumatique et le compresseur pour travailler, encore faut-il pouvoir raccorder les accessoires et les tuyaux entre eux. Le raccord pneumatique, qui assure la jonction étanche, se décline en plusieurs types, qu'il faut savoir identifier.

Quelles sont les caractéristiques et les performances des différents modèles de raccords pneumatiques ? Quel raccord pneumatique choisir selon l'environnement de travail ? Où et à quel prix acheter un jeu de raccords pneumatiques ? On vous dit tout !

Raccord pneumatique : raccord, union, ou liaison ?

Lorsqu'on évoque les raccords pneumatiques, on évoque généralement toute une gamme de produits qui servent au raccordement sur les appareils et outils, mais aussi entre tuyaux, afin de faire des prolongations ou des dérivations.

Le terme générique de « raccord » englobe donc :

  • Les raccords qui sont les embouts à sertir sur un tuyau pneumatique, afin de pouvoir raccorder ce tuyau sur une source d'air comprimé ou sur un outil. On fait la distinction dans les appellations entre les embouts à « sortie femelle », qui conservent l'appellation de « raccords », et les embouts à « sortie mâle », qui sont dénommés « coupleurs ».
  • Les unions, qui sont destinées à unir deux raccords, afin notamment d'assembler deux tuyaux déjà équipés d'un raccord et avec l'aide d'un coupleur.
  • Les liaisons ou pièces de raccordement, qui se déclinent aussi bien en raccords (à sertir sur un tuyau) qu'en unions (à connecter sur un raccord), et qui permettent généralement des dérivations multiples.

Bon à savoir : si les raccords pneumatiques doivent être sertis sur un tuyau souple ou vissés dans un support rigide, les assemblages entre raccord femelle et coupleur mâle se font par simple enclenchement à ressort et bille (système dénommé « pushlock »).

Raccord pneumatique : ses caractéristiques

Les caractéristiques des raccords pneumatiques s'expriment en fonction de plusieurs critères à respecter impérativement, sous peine d'incompatibilité avec le support, de dégradation rapide, voire de risques de fuites et/ou d'éclatement :

  • Le montage : sur tuyau souple, un raccord se monte par enfoncement avec sertissage de la jupe ou d'un collier sur le tuyau d'air. Mais, sur les supports rigides (compresseur, outillage, tuyau cuivre…), le raccord est vissé avec étanchéification du pas de vis. On distingue alors plusieurs diamètres, des pas de vis différents et des étanchéifications multiples :
    • Filetage : on distingue plusieurs normes : BSP (ou gaz), métrique, NPT et UNF. Dans chacune de ces normes, plusieurs diamètres sont disponibles.
    • Diamètre : exprimé généralement en pouces (inches) et fraction de pouce 1/8, 1/4, 3/8, etc., il correspond au diamètre intérieur du tuyau ou du support qui recevra le raccord.
    • Forme du filetage : on trouve des filetages cylindriques, dont la forme est régulière sur toute leur longueur, et des filetages coniques, qui vont en s'évasant.
  • L'étanchéité : elle doit être assurée entre le support ou le tuyau, et le raccord. En règle générale :
    • Les raccords à filetage cylindrique réclament la pose d'un joint d'étanchéité. Ce peut être : un joint captif, un joint plat, un joint torique ou une bague BS (en composite).
    • Les raccords à filetage conique assurent une grande partie de l'étanchéité grâce à leur forme, mais cette étanchéification doit être complétée par un garnissage du filet par du ruban PFTE (téflon) ou par de la pâte spécifique. Noter que les raccords dits « Parker » ont leur filetage pré-enduit de pâte d'étanchéification, ce qui dispense d'en ajouter au montage.
  • Le matériau : même si les raccords « pushlock » sont toujours munis d'une bague plastique, il est important de s'assurer de la compatibilité des métaux entre eux, que ce soit entre raccords, unions, coupleurs ou liaisons, ou entre raccords et supports ou tuyaux rigides. Un défaut de compatibilité des métaux induit un fort risque d'électrolyse et de destruction des outils, raccords, tuyaux et appareils.

Exemples de résultats d'assemblages : faible corrosion : laiton/cuivre - corrosion moyenne : acier/zinc - forte corrosion : laiton/zinc et acier/cuivre.

  • La forme et la fonction : on distingue ensuite les raccords et unions en fonction de leur usage entre raccords droits, coudés à 45° ou à 90° (raccord en L), et multiples (en T et en Y). La combinaison des différents raccords, unions et pièces d'assemblage permettent toutes les configurations possibles.

Bon à savoir : en règle générale, les raccords sont protégés contre la plupart des produits agressifs, comme les hydrocarbures et les solvants utilisés en mécanique, mais en cas d'utilisation à proximité de produits chimiques corrosifs, il faut vérifier la résistance des matériaux du raccord à ces produits.

 

Raccord pneumatique : leur achat

C'est dans un magasin d'outillage que l'on pourra trouver toute la gamme des raccords, embouts, coupleurs, unions et jonctions pour air comprimé, ainsi que sur les sites spécialisés d'internet.

Attention : il est toujours indispensable de s'assurer de la compatibilité des raccords avec le matériel déjà détenu (standard du filetage, matériau, diamètre…), afin d'éviter les déconvenues.

Le prix d'un raccord pneumatique dépend en grande partie de son diamètre. Un coupleur en acier à filetage BSP en diamètre 1/4'' (un quart de pouce) se vend autour d'1 €, alors qu'il faut compter entre 15 € et 20 € pour un seul raccord acier BSP traité « Parker »  en 1 demi-pouce de diamètre (1/2'').

Quelques outils pneumatiques à utiliser avec un compresseur :

Ces pros peuvent vous aider